Antino[mic] – Ophélia

Date de sortie : Mai 2018

Disponible en streaming et téléchargement gratuit via le site de l’artiste

 

Guitare à la main, harmonica en poche, Antino[mic] parcours les routes de la région en distribuant une musique Folk mélodique et sensible. Après quelques essais avec Méduse en 2014 et Retour aux Sources en 2016, Ophélia est le premier album “longue durée” auto-produit. Issu de la culture Punk Rock Californien, notre Stéphanois a quelque peu mis de côté les guitares électriques depuis White Card, son dernier groupe. Seul au chant et à la gratte, [mic] assure le boulot et distribue ses neufs titres chantés en Français dans un esprit Folk Punk digne de Tony Sly. Contrasté entre mélancolie et joie, entre rythme et douceur, ce premier album regorge de mélodies qui saisissent avec facilité, portées par une voix apaisante. Ne manque plus qu’une sortie physique pour couronner tout ça !

Seabuckthorn – A House With Too Much Fire

Date de sortie : 1er Juin 2018

Disponible en c.d et vinyle sur Bookmaker Records et La Cordillère

 

A House With Too Much Fire est le cinquième album de Seabuckthorn, projet one-man-band de l’Anglais Andy Cartwright dont il tient le gouvernail depuis 2011. Sa musique invite l’auditeur au voyage, à la dérive, dans un univers Folk-Pyschédélic-Ambient très personnel où les guitares sont les principaux instruments. Les accompagnements sont minimes, sachant se faire discrets pour laisser place à l’imagination, ou au contraire se montrant puissamment expressifs. La démarche du compositeur peut rappeler les intentions de Buckethead sur les albums Colma ou Electric Tears. Ici, la musique raconte également une histoire sans parole, laissant l’auditeur se créer sa propre vision des paysages où l’y conduit Cartwright. Calme, emportant et un tantinet obscur, cet opus s’avère être même plus convaincant  que Turns, son prédécesseur. A écouter paisiblement.

 

Écouter et commander l’album

Ten Minutes Later

Date de sortie: Août 2018

Disponible en vinyle et c.d

Né des cendres de Volstead Akt, il n’aura pas fallu longtemps à Ten Minutes Later pour se faire entendre. Les choses se sont passées rapidement, les affinités entre les musiciens y étant certainement pour grand chose. Aussi, après plusieurs mois d’existence et une poignée de concerts effectués, le trio présente fièrement son premier album éponyme et qui plus est autoproduit. Nouveau groupe pour la clique de Granger. On prend les mêmes, ou presque, et on repart sur un nouveau concept Fastcore qui gravite autour d’une seule guitare, batterie et chant. Les intentions sont d’aller à l’essentiel sans passer par les schémas habituels de structuration et les codes standards en terme de composition. Les titres s’enchaînent ainsi de but en blanc et vont droit au but sans fioritures, le tout distribué en à peine plus de dix minutes. Y a pas à dire, on n’a pas le temps de s’ennuyer!  Le son est assez fidèle au Hardcore des années 90 et les textes abordent des constats politiques et métaphysiques (“I’m Not Free”; “Refuse To Abuse”) ou des sujets plus personnels (“Mess”; “Her Smile”). Finalement, on a un disque rapide qui s’inscrit bien dans l’ère du temps, et c’est d’ailleurs assez bien résumé à la fin (“Born, Buy, Sleep, Die”).

Commander l’album

King Kong Blues – Make Rock n’Roll Great Again

Date de sortie: 08 Août 2017

Disponible en vinyle via le site du groupe

Après une poignée d’années passées sur les routes du pays, voire d’ailleurs, à défendre un premier E.P éponyme, le trio Bordelais King Kong Blues remet le couvercle pour un premier album qui ne passe pas inaperçu. Enregistré par Martin Guevara (Capsula) à Bilbao, Make Rock n’Roll Great Again ne pouvait que renfermer l’esprit du Rock dans ses plus belles formes. Le résultat ? Une musique sale, sauvage et hargneuse, empreinte de l’odeur du Delta et qui bouillonne dans une ambiance Garage façon Left Lane Cruiser. L’entrée en matière se fait sans difficultés, les musiciens n’ont rien laissé au hasard et on a l’impression que tout est bien contrôlé, bien ficelé, de manière à ce que l’auditeur ne décroche à aucun moment. Les textes, majoritairement en Français, sont également à l’honneur et prennent tous leurs sens dans ce contexte musical. Les musiciens y abordent des thèmes engagés (Ma Soeur) et ont le don de transformer des sujets sombres en véritables hymnes Rock n’Roll comme sur Arrête de Pleurer qui traite de l’alcoolisme d’une mère. Et puis ça me plait bien les groupes qui jouent aux mauvais garçons et qui assument ce qu’ils crient ouvertement (Athée). Une bonne découverte qu’on recommande grandement.

Écouter et commander l’album